Nous joindre :
Webmail Blog Se connecter s’inscrire
Développement des fournisseurs Plate forme de mise en relation des PME/PMI, des grandes entreprises nationales et multinationales Profilage des entreprises Rejoignez une équipe active et impliquée pour la valorisation de vos pratiques et performances
2 avril 2018 >> Industrial Tradeshow 2018
 
 
Formation en ligne
 
Consultation juridique
Baromètre de compétivité
Cartographie des PME
Classification des PME
 

Accueil > fr > BSTP en action > Ateliers et seminaires > La BSTP forme des soudeurs homologués


La BSTP forme des soudeurs homologués

La Bourse de sous-traitance et de Partenariat du Cameroun forme le personnel des PME/PMI à la soudure selon les normes américaines. La formation de trois sera sanctionné par un certificat qui fera des formés des soudeurs homologués

Ce 27 mars, une vingtaine de jeunes s’active dans un entrepôt de la société Aston à Bonabéri. Ils sont soient occupés à souder des structures selon des normes prescrites ou à écouter les conseils qui sont prodigués par leurs encadreurs. Cette cuvée fait ainsi partie du personnel des PME du secteur du génie mécanique retenue par la Bourse de sous-traitance et de partenariat du Cameroun (BSTP) pour suivre une formation de soudeurs homologués.
Les recrues sont formées sur trois normes américaines. La première dénommée American Weldering Society (AWS D1.10) prévoit des variables essentielles qui déterminent le type de matériel à utiliser. La seconde norme sur laquelle les apprenants sont formés est la norme ASME qui concerne toutes sortes de tuyauteries et la troisième dispensée étant la norme API. Comme la première, ces différentes normes prévoient des variables essentiels à respecter à tout prix. Le reste du travail étant alors laissé à la diligence du soudeur lui-même.
Pour François Bafalak, Responsable département inspection et Assistance Technique à Apave, cabinet qui assure la formation, le choix de former ces soudeurs selon, des normes américaines se justifie par le fait que celles-ci sont plus rigides. « Une fois qu’on a maitrisé les normes américaines, on peut travailler avec toutes les normes », soutient-il. Il rappelle par ailleurs qu’au terme de la formation théorique et pratique qui durera trois mois, les apprenants passeront à chaque fois un test. « C’est ce test qu’on nomme homologation et qui est sanctionné par un certificat d’homologation qui fera de l’apprenant, un soudeur homologué pendant deux ans », précise-t-il. A l’en croire, le soudeur ayant obtenu une homologation est tenu de la faire valider tous les six mois par son employeur qui doit attester par cet acte que son employé est toujours en activité.
Le certificat d’homologation peut être renouvelé tous les deux ans sur étude du dossier ou encore après le passage des tests théoriques et pratiques. Il existe par ailleurs deux types de soudeurs : les opérateurs qui eux, étudient les procédés automatiques ou semi-automatiques et les soudeurs proprement dits qui s’occupent des alliages, donc qui font dans le manuel. Il convient par ailleurs de noter que la durée de trois mois retenue est tout aussi justifiée par la volonté des formateurs et de la BSTP de former les soudeurs dans les trois principaux procédés de ce métier. Le premier est appelé soudure à l’arc ou encore soudure à l’électrode enrobé (MAW/111). Le second est la soudure à l’Argon (TIG/141) et le troisième est la soudure MIG-MAG 135-136.

 
Nos partenaires