Nous joindre :
Webmail Blog Se connecter s’inscrire
Développement des fournisseurs Plate forme de mise en relation des PME/PMI, des grandes entreprises nationales et multinationales Profilage des entreprises Rejoignez une équipe active et impliquée pour la valorisation de vos pratiques et performances
7 septembre 2018 >> Programme Salons 2019
 
 
Formation en ligne
 
Consultation juridique
Baromètre de compétivité
Cartographie des PME
Classification des PME
 

Accueil > fr > Revue de presse > Revue de l’actualité économique du 20 novembre 2018


Revue de l’actualité économique du 20 novembre 2018

Le Quotidien de l’Economie donne la parole à Penda Ekoka qui explique Pourquoi la dette du Cameroun reste préoccupante. Les raisons de cette situation sont contenues dans une analyse de cet économiste sur les risques d’un endettement à 34% du produit intérieur brut (PIB). Cameroon Tribune revient sur la rencontre qui se tient depuis hier à Yaoundé sur le Blanchiment des capitaux. Celle-ci permet à notre pays d’évaluer les risques y afférents et de préparer la riposte contre ce fléau qui cause énormément de tort à l’économie nationale. Le Quotidien de l’Economie fait remarquer que selon une investigation financière, 700 dossiers sur le blanchiment d’argent au Cameroun ont été enregistré au Cameroun. Abondant sur la question, La Nouvelle Expression note qu’en 2015, la Conac estimait à environ 100 milliards Fcfa les pertes liées au blanchiment d’argent au Cameroun. Cette estimation, bien que provenant d’un organisme étatique, reste parcellaire. Le ministère des Finances lance une évaluation nationale qui va permettre de connaître les risques réels sur l’économie.
Le Financier d’Afrique revient sur la Loi de finances qui se situe cette fois autour de 4850,5 milliards Fcfa en 2019, avec une hausse de 165 milliards Fcfa. Selon ce journal, le projet de budget comporte des innovations au niveau fiscal et douanier notamment, l’application des droits d’accise sur les voitures d’occasion, la friperie, la pneumatique, les boissons gazeuses, rapporte.
Le Financier d’Afrique note que la Beac sensibilise sur le nouveau cadre de la politique monétaire. On y apprend que les secteurs qui vont porter la croissance en 2019 sont le secteur agricole, des services, des BTP et des industries manufacturières. Le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac), Abbas Mahamat Tolli, annonce, à en croire le journal une bonne nouvelle. « Les perspectives économiques et financières des pays de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac) sur la période 2019-2021 envisagent un taux de croissance réel de l’activité qui devrait s’établir à 3,4 % en 2019, avant de redescendre à 3,0 % et 3,1 % respectivement en 2020 et 2021, contre 1,7 % en 2018 ».

 
Nos partenaires